Lettre ouverte – Demain sans HPV

LETTRE OUVERTE

DEMAIN SANS HPV

Vaccination HPV jusqu’à 26 ans pour toutes et tous : une nécessité pour accélérer l’élimination des cancers liés aux papillomavirus.
Dans un appel commun publié le 5 juin 2023, 47 sociétés savantes représentant plusieurs spécialités médicales et associations de patients avaient appelé à la mise en place d’un plan concret et ambitieux pour éliminer les cancers et maladies dus aux papillomavirus.
Depuis plusieurs mois, les autorités de santé ont pris la mesure de l’enjeu de santé publique en déployant de nouveaux dispositifs comme la vaccination à l’école pour les jeunes en classe de 5e, des campagnes d’information d’ampleur ou la participation renforcée de plusieurs acteurs à la politique vaccinale (infirmiers, pharmaciens et sages-femmes).
Ces dispositifs, déjà en place chez certains voisins européens, sont une excellente nouvelle d’un point de vue de santé publique et doivent être consolidés pour atteindre l’objectif de 80% de couverture vaccinale d’ici 2030.
Pour autant, le retard pris par la France depuis 15 ans doit nous amener urgemment à oeuvrer pour une vaccination pour tous jusqu’à 26 ans pour plusieurs raisons :
L’URGENCE. Chaque année 250 000 jeunes filles et plus de 350 000 garçons passent le cap des 20 ans et ne pourront plus bénéficier de la vaccination HPV. Il existe un retard cumulé de 4 millions de non vaccinés chez les 20-26 ans, population qui a pâti d’une défiance vaccinale importante et qui n’a pas pu bénéficier des dispositifs récents mis en place en France permettant un accès et une information facilitée à la vaccination HPV. Parmi cette population, la majorité n’ont pas pu non plus bénéficier de la vaccination des garçons proposée à partir de 2021. Chaque année passée est une perte de chance pour des centaines de milliers de jeunes adultes de se faire vacciner.
L’EQUITE. La vaccination de tous les jeunes adultes (femmes et hommes) jusqu’à 26 ans permettrait également d’assurer l’équité des genres et la désexualisation de la vaccination HPV, laquelle n’est recommandée à ce jour dans cette tranche d’âge uniquement qu’aux « Hommes ayant des relations Sexuelles avec les Hommes ». La vaccination jusqu’à 26 ans permettrait également aux jeunes issus de milieux socio-économiques défavorisés de se voir proposer une opportunité d’être vaccinés, cette fois sur la
base d’une décision individuelle et non plus sur celle de leurs parents ; aujourd’hui, en France, la couverture vaccinale des jeunes filles vivant dans un milieu socio-économique défavorisé est évaluée à moins de 25%[1].
LES PREUVES. Une étude récente montre que 35% des hommes entre 25 et 29 ans sont infectés par l’HPV2. Il s’agit de la tranche d’âge dans laquelle la prévalence des infections HPV est la plus élevée. Ainsi il nous parait essentiel de prévenir ce pic d’infection en vaccinant hommes et femmes jusqu’à 26 ans révolus. Par ailleurs l’efficacité de la vaccination dans cette tranche d’âge est étudiée et prouvée : en Suède, les femmes vaccinées entre 20 et 30 ans avaient un risque réduit de 62% de développer un cancer du col de l’utérus en comparaison des femmes non vaccinées.
Enfin, de très nombreux pays proposent une vaccination en population générale jusqu’à 26 ans, parfois associée à la possibilité d’un rattrapage au-delà de cet âge, reconnaissant l’importance et l’urgence de freiner la circulation du virus, particulièrement importante chez les adultes.
L’année 2023 marque incontestablement un tournant dans le programme de vaccination HPV dans notre pays, avec la mise en place d’un parcours vaccinal solide et pérenne. Dans ce contexte favorable, nous appelons les autorités de santé à ouvrir la vaccination HPV jusqu’à 26 ans révolus afin de protéger toutes nos jeunes générations contre des cancers et maladies évitables. Cette vaccination universelle HPV relève d’une nécessité éthique, individuelle et collective.
L‘élimination des cancers et maladies liées aux HPV est à portée de main en France.

*[1] Hanguehard R, Gautier A, Soullier N, Barret AS, Parent du Chatelet I, Vaux S. Couverture vaccinale contre les infections à papillomavirus humain des filles âgées de 15 à 18 ans et déterminants de vaccination, France, 2021. Bull Épidémiol Hebd. 2022;(24-25):446-55. http://beh.santepubliquefrance.fr/ beh/2022/24-25/2022_24-25_3.html
2 Bruni &al Lancet Glob Health 2023;11: e1345–62 Global and regional estimates of genital human papillomavirus prevalence among men: a systematic review and meta-analysis
3 Lei&al N Engl J Med 2020;383:1340-8. DOI: 10.1056/NEJMoa1917338 HPV Vaccination and the Risk of Invasive Cervical Cancer