santao77

Toutes mes réponses sur les forums

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : Cancer de l’ovaire à 42 ans #6737
    sandrinesantao77
    Maître des clés

    Bonjour Fraise92,

    Merci pour votre témoignage édifiant. Il est vrai que les meilleurs chances aujourd’hui sont la rapidité du diagnostic et la prise en charge par un centre expert.

    J’ai eu cette chance en 2005, j’avais 31 ans. Grâce à ma gynécologue, je ne me suis pas fait suivre dans la clinique privée à côté de chez moi, malgré leur gentillesse, mais à Gustave Roussy (Villejuif). Il y a bien eu une complication lors mon hystérectomie : artère iliaque abimée, nouvelle opération dans la foulée dans un autre hospital spécialisé de la région parisienne. Au final, tout c’est bien fini. Je n’ai pas perdu ma jambe, je n’ai eu que 6 séances de chimiothérapie et je n’ai jamais eu de rechute. Et je pense que l’issue n’aurait pas été la même si j’avais été soigné dans un établissement plus éloigné et moins expert.

    Donc oui il est primordial d’être diagnostiquer rapidement, il faut absolument insister lorsque vous n’obtenez pas de réponse claire ou satisfaisante. Il faut demander un deuxième avis surtout lorsque le premier émane d’un médecin peu prévenant. Certains médecins ne verront jamais ce type de cancer de leur vie, c’est une maladie qui n’a pas de symptômes évidents. Son pronostic est donc souvent tardif. Chez IMAGYN, nous avons eu beaucoup de témoignage de découverte fortuite.
    Dans mon cas personnel, je me faisait opéré pour un kyste. C’est moi qui ai pris la décision de l’enlever car il faisait 7cm de diamètre. Et ce n’était pas un kyste. J’ai été diagnostiqué au stade IIa. Étant suivie pour une aide à la procréation (échographie tous les mois), je sais qu’il s’est écoulé au maximum 2 mois entre la découverte du soi-disant kyste par échographie et mon opération. Donc 2 mois, et déjà stade IIa. Quelle bonne idée j’ai eu en décidant de d’enlever ce kyste alors que le médecin qui me suivait pour infertilité m’avait dit que beaucoup de femmes avaient des kystes et vivaient avec toutes leur vie, et même que certaines arrivaient à avoir des enfants. Sur ce point, moi aussi je reste perplexe.

    Il est également impératif d’être soigné par des experts de notre pathologie, car la chirurgie est très complexe et peut toucher plusieurs organes. Il faut donc des mains expertes et exercées pour opérer, il faut un centre capable de réagir à une complication. Car dans mon cas, même sans toucher à d’autres organes, il y a eu complication. Et c’est bien parce que j’étais dans des mains expertes que la complication a été prise en charge dans les meilleurs conditions et a été résorbée.

    Il existe le site https://www.deuxiemeavis.fr/. Des experts dans leur domaine (oncologie, chirurgie, …) donne de leur temps pour apporter un deuxième avis aux patientes. Mesdames, si vous avez un doute, n’hésitez pas.

    Fraise92, je suis admirative de votre lucidité lors de toutes ces épreuves et de votre courage. Votre témoignage est bouleversant. Et je me suis vraiment réjouis en lisant la fin, car malheureusement ces histoires ne finissent pas toujours par une victoire.

    Encore un grand merci pour votre témoignage.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 4 mois par sandrinesantao77.
    en réponse à : Ménopause a 33 ans #4595
    sandrinesantao77
    Maître des clés
    en réponse à : Ménopause a 33 ans #4594
    sandrinesantao77
    Maître des clés

    Bonjour Zazooo, j’ai également eu un cancer de l’ovaire jeune : 31 ans. Avec également des symptômes immédiats : bouffées de chaleur, suée nocturne, phase d’énervement intense. Je n’ai pas eu de traitement par hormones car ma tumeur était réactive aux hormones. Et vu que mon cancer s’est déclenché suite à un traitement par hormones en vue d’une FIV, je n’aurais pas accepter d’en prendre. J’ai essayé plusieurs remèdes homéopathiques, mais sans succès. Jusqu’à ce qu’on me parle de Sérélys. Il s’agit d’un traitement homéopathique à prendre en cachet, une fois par jour. Ce traitement a eu de l’effet. Sans supprimer totalement mes bouffées de chaleur, mais en les réduisant notablement en fréquence et en intensité. Ca m’a aidé également sur la nervosité. De plus il existe une version OSTEO pour réduire l’ostéoporose provoqué par la ménopause, ce qui est un plus.
    Bien entendu, comme tout traitement des effets de la ménopause, il faut le prendre régulièrement et un certain temps avant d’en constaté les effets (de 1 à 3 mois).
    J’ai maintenant 46 ans et je constate depuis 2 ou 3 mois, que mes bouffées de chaleur sont moins fréquentes, j’ai l’impression qu’elles sont en train de disparaître progressivement. Surtout que je ne prend plus Sérélys depuis quelques mois. Je les ai donc subi pendant 15 ans. Mais nous sommes toutes différentes et par conséquent je ne peut pas vous confirmer que ce sera pareil pour vous.

    en réponse à : PRESERVATION DE LA FERTILITE #3382
    sandrinesantao77
    Maître des clés

    Bonjour Santao77,

    Le cancer de l’ovaire est un cancer très agressif et qui se propage rapidement. L’ablation de l’utérus et des ovaires est aujourd’hui le protocole standard. Néanmoins, le désir de grossesse chez les jeunes femmes est de plus en plus pris en compte. Il faut en discuter avec votre chirurgien afin de connaître les possibilités selon votre cas. Moi j’ai pris l’option qui me donnait le plus de chance de survie, à savoir l’ablation totale utérus/ovaires.
    Avec mon mari, nous nous sommes tourné vers l’adoption. Je suis aujourd’hui guérie, et maman d’un merveilleux petit garçon.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)