Ovaires et trompes

Les symptômes

 

NE PAS NÉGLIGER CERTAINS SYMPTÔMES ANODINS…

………………………………………………………………………………………………………………….

AU DÉBUT 

Ce que met en évidence l’étude scandinave de 2003… 

Cette étude (Vine MF et al Types and duration of symptoms prior to diagnosis of invasive or borderline ovarian tumor. Gynecol Oncol 2001;83:466-71 & 2003;90:75-82   ) a souligné l’importance de certains symptômes.   Les femmes de l’étude atteintes de tumeurs malignes ressentaient certains symptômes pas moins de 20 à 30 fois par mois. En comparaison, les femmes atteintes de tumeurs bénignes ou en bonne santé ne présentaient des symptômes que 2 à 3 fois par mois.   Les symptômes sont également plus nombreux, plus sévères et plus récents chez les femmes atteintes de cancers.

L’association de trois symptômes est présente chez 43 % des femmes atteintes de cancer de l’ovaire contre 10 % de celles atteintes de tumeurs bénignes et de 8 % des femmes en bonne santé.  Les trois symptômes sont :

  • Un gonflement de l’abdomen (ballonnement), accompagné d’une augmentation du tour de taille
  • Des envies urgentes d’uriner ou dysurie
  • Des douleurs du bas-ventre ou douleurs pelviennes

Le NICE, organisme officiel anglais… 

Cette autorité de santé semblable à l’HAS, a recommandé que les patientes présentant des symptômes de côlon irritable, de plus de 50 ans, de réaliser un dosage de CA125….

Si les symptômes persistent avec un taux bas de CA125, une échographie pelvienne devrait être demandée…

Les conséquences pratiques pour vous… 

Cette publication, a mis l’accent sur le fait que l’on ne doit pas négliger l’apparition, après 50 ans, de certains symptômes banals qui se retrouvent assez fréquemment associés avec la maladie, tels que :

  • Une sensation de gonflement ou de ballonnement permanente et inhabituelle du ventre
  • Une modification récente du transit intestinal, comme l’apparition d’une constipation, sans raison apparente, sans saignement rectal extériorisé ou occulte
  • L’apparition récente de petites douleurs inhabituelles du bas ventre ou du dos
  • Une fatigue inhabituelle
  • Des envies pressantes d’aller uriner

PLUS TARD… 

Lorsque la tumeur atteint une taille de 10 à 12 cm, des signes plus nets peuvent apparaître comme des besoins urgents d’uriner ou l’impression d’une compression sur le rectum.

 

LES QUESTIONS QUE VOUS POUVEZ VOUS POSER

………………………………………………………………………………………………………………….

Mon   CA-125   est anormal, qu’est-ce que cela signifie ? 

Bien que le dosage du CA125 soit très utile pour le diagnostic du cancer de l’ovaire et le suivi du déroulement du traitement, il n’est pas rare que le taux puisse être élevé pour des raisons étrangères à la maladie.

Un fibrome de l’utérus, une salpingite (inflammation des trompes de Fallope et des ovaires), l’endométriose, des maladies hépatiques ainsi que beaucoup d’autres types de cancer peuvent aussi élever le taux de   CA-125   chez la femme.

Mon frottis est normal, est-ce que cela élimine un cancer de l’ovaire ? 

NON…

Le frottis cervical de dépistage permet au médecin d’examiner les cellules du col et éventuellement du corps de l’utérus. Cet examen est donc utile pour détecter les cancers de l’utérus ainsi que d’autres désordres et infections de cet organe. A l’opposé, un frottis cervical n’a pas d’utilité pour le diagnostic d’un cancer de l’ovaire.

Est-il vrai que toutes les malades ressentent des douleurs ? 

NON…

Toutes les patientes atteintes de cancer de l’ovaire ne ressentent pas forcément des douleurs.

Puis-je faire quelque chose pour éviter un cancer de l’ovaire ? 

PEUT ÊTRE…

Un certain nombre de situations semblent offrir à la femme une certaine protection contre le cancer de l’ovaire, comme :

  • La grossesse,
  • L’allaitement,
  • L’utilisation de la pilule contraceptive,

Tous ces facteurs sont associés à une réduction du risque de cancer de l’ovaire. Par ailleurs, dans le même esprit, il est trop tôt pour savoir si un régime pauvre en graisses et riche en fibres peut aussi réduire les risques.

Dois-je redouter un cancer de l’ovaire si j’ai subi une hystérectomie ? 

NON, SAUF…

Cela dépend ! Il existe deux cas de figure, en fonction de l’opération qui vous avez subi.

Une hystérectomie simple consiste en l’ablation du corps et du col de l’utérus, les ovaires ne sont pas enlevés.   Dans ce cas, vous pouvez encore développer un cancer de l’ovaire.

Une   hystérectomie totale avec salpingo-ovariectomie bilatérale ou annexectomie bilatérale comprend l’ablation de l’utérus, des trompes et des ovaires.   Les ovaires ont été retirés et vous ne pouvez plus développer un cancer de l’ovaire.

 

Mise à jour 10 octobre 2014