Col de l'utérus

Les signes et les symptômes

 

DE NOS JOURS, ON NE DEVRAIT PLUS LES OBSERVER !

………………………………………………………………………………………………………………….

AU DÉBUT, RIEN… 

La maladie peut évoluer longtemps sans éveiller l’attention. 

Il est, de nos jours, souvent, découvert de façon fortuite à l’occasion d’un examen gynécologique de routine ou lors d’examens complémentaires à la recherche d’autres maladies. Le cancer non-invasif «in situ» à ce stade le cancer est totalement muet.

C’est parfois une découverte à l’occasion d’un examen systématique du col réalisé dans le cadre d’un bilan gynécologique ou au cours de la surveillance médicale d’un état inflammatoire ou d’une dysplasie du col ou d’un polype.

Parfois, ce sont des pertes vaginales qui attirent l’attention

PLUS TARD 

Lorsque le cancer fait parler de lui, la patiente peut consulter l’un des symptômes suivants, variables.

Des métrorragies 

Ce sont des pertes de sang génitales, en dehors des règles. Ces saignements sont souvent provoqués par les rapports sexuels ou à l’occasion d’une toilette intime.

Des saignements vaginaux anormaux (règles trop abondantes) sont le plus souvent causés par un fibrome (tumeur bénigne de l’utérus). Cependant, il faut savoir qu’ils peuvent être aussi le fait de tumeurs cancéreuses de l’utérus.

Que vous soyez ménopausée ou non, tout saignement vaginal est suspect. Il doit être immédiatement signalé à votre médecin ou à votre gynécologue.

Les autres pertes vaginales 

Des pertes « blanches » ou leucorrhées, indolores, parfois associées à des brûlures.

Des douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie) 

C’est un symptôme relativement fréquent et peu rapporté. Chez les femmes après la ménopause ces douleurs peuvent même être considérées comme « normales ». N’hésitez pas à signaler ces symptômes, surtout s’ils sont d’apparition récente !

Des difficultés ou des douleurs pour uriner 

C’est un symptôme relativement fréquent et peut être confondu avec une infection urinaire ou une cystite à urine claire, fréquente chez les femmes après la ménopause.

N’hésitez pas, là aussi, à signaler ces symptômes !

Ne prenez pas d’antibiotiques urinaires sans être sure du diagnostic !