Corps de l'utérus (endomètre)

la prévention

 

DES RÈGLES D’HYGIÈNE DE VIE

………………………………………………………………………………………………………………….

Attention de ne pas prendre de poids à la ménopause !

La plupart des études convergent pour démontrer que l’excès de poids joue un rôle dans le développement du cancer et davantage, encore pour, certains cancers en particulier, dont celui de l’endomètre.

 

 

DIMINUEZ VOTRE CONSOMMATION DE GRAISSES ANIMALES !

………………………………………………………………………………………………………………….

Les recherches actuelles indiquent un lien « possible » entre la consommation de graisses animales et le risque de développer la maladie. Les experts en prévention du cancer recommandent de limiter à 25 % la proportion de gras dans l’alimentation. De plus, un apport riche en fruits, céréales et légumes, surtout ceux à haute teneur en bêta carotène, réduit le risque de cancer de l’endomètre.

Pratiquez régulièrement des activités physiques !

L’ensemble des recherches sur le sujet tend à montrer que l’activité physique semble avoir un impact, bien que modeste, sur le risque de développer la maladie.

Faites un usage optimal des œstrogènes !

Si vous envisagez un traitement substitutif de la ménopause, il est nécessaire que ce traitement associe à l’œstrogène de la progestérone afin de contrebalancer l’effet négatif des œstrogènes. Les phytœstrogènes (œstrogènes d’origine végétale) ne représentent pas un facteur de risque, mais l’intérêt de leur utilisation pour contrebalancer l’effet des œstrogènes n’est pas, scientifiquement, prouvé.

 

 

AUTRES MOYEN DE PRÉVENTION…

………………………………………………………………………………………………………………….

LA PERTE DE POIDS 

L’étude  Women’s Health Initiative (WHI) observational study  portant sur 36 794 femmes ménopausées âgées de 50 à 79 ans a démontrée qu’une perte de poids de 5 % chez les femmes obèses était associée à un réduction significative du risque de développer un cancer de l’endomètre.

LES CONTRACEPTIFS ORAUX 

Les résultats d’une méta-analyse publiée dans  “The Lancet Oncology”  indiquent que la prise de contraceptifs oraux, même pour des périodes courtes, confère une protection à long terme contre le cancer de l’endomètre. Cet effet protecteur persiste pendant des décennies après l’arrêt de la pilule.

Dans l’étude, les chercheurs ont analysé données de 36 études portant sur plus de 143 000 femmes, y compris environ 27 000 femmes qui ont développé le cancer de l’endomètre. Dans l’ensemble, les chercheurs ont constaté que cinq ans d’utilisation de contraceptifs oraux était associée à une diminution du risque développer la maladie de 25 %….