Corps de l'utérus (endomètre)

Le dépistage

 

DANS LA POPULATION GÉNÉRALE

………………………………………………………………………………………………………………….

PAS DE DÉPISTAGE ORGANISÉ… 

Il n’y a pas de dépistage généralisé chez les femmes ne présentant pas de symptômes et n’entrant pas dans les catégories de patientes « à risque ». Des examens gynécologiques réguliers, même en l’absence de tout symptôme,  constituent un dépistage efficace.

Contrairement au cancer du col de l’utérus, les frottis ne sont que de peu d’utilité pour le dépistage du cancer de l’endomètre.

UN SUIVI GYNÉCOLOGIQUE 

Une consultation rapide, après l’apparition de signes ou de symptômes pouvant faire suspecter un cancer de l’utérus, permet, dans la plupart des cas, un diagnostic précoce de la maladie. Il faut toujours avoir à l’esprit qu’un cancer peut avoir atteint un stade avancé avant qu’il ne soit symptomatique. Un diagnostic précoce est le meilleur atout pour augmenter les chances de guérison.

L’ÉCHOGRAPHIE ENDOVAGINALE 

Cette technique permet de mesurer l’épaisseur de l’endomètre.

Chez les femmes présentant des saignements vaginaux (métrorragies) après la ménopause, la mesure échographique de l’épaisseur endométriale constitue un très bon examen pour déterminer la nécessité ou non d’autres investigations afin de rechercher des lésions malignes.

Chez les femmes ménopausées asymptomatiques non utilisatrices de traitement substitutif de la ménopause, son intérêt est faible car les taux de cancers et d’hyperplasies atypiques de l’endomètre sont très faibles. De ce fait, les spécialistes ne recommandent pas de manière généralisée l’utilisation de la mesure par échographie endovaginale de l’épaisseur endométriale comme test de dépistage du cancer de l’endomètre.

 

CHEZ LES FEMMES A RISQUE...

………………………………………………………………………………………………………………….

QUELQUES CAS PARTICULIERS… 

Si vous avez été traitée par le tamoxifène, si vous prenez un traitement substitutif de la ménopause, si vous êtes considérée comme à risque, on pourra vous proposer une échographie pour mesurer l’épaisseur de l’endomètre. Plus rarement, une biopsie de l’endomètre pourra être prescrite.

SYNDROME DE LYNCH (HNPCC) 

Les femmes qui présentent un risque héréditaire de cancer de l’endomètre dans le cadre d’un syndrome de Lynch ( HNPCC  = cancer colorectal non polyposique héréditaire) ou en rapport avec un syndrome de Cowden, doivent réaliser une biopsie de l’endomètre tous les ans à partir de l’âge de 35 ans.