Corps de l'utérus (endomètre)

Avant propos

 

VOUS ALLEZ VOUS EN SORTIR …

………………………………………………………………………………………………………………….

LES OBJECTIFS DU TRAITEMENT 

Des progrès constants… 

Ne perdez pas de vue que le cancer de l’endomètre est une maladie que l’on peut traiter et guérir de plus en plus souvent.   Les traitements ont beaucoup bénéficié des progrès scientifiques de ces dernières années.

En pratique… 

Selon le type de cancer, son stade ou sa localisation, les traitements viseront à :

  • Enlever la tumeur ou d’extirper une ou plusieurs métastases
  • Réduire le risque de récidive après un traitement radical, par un traitement adjuvant
  • Contrôler l’évolution de la maladie en ralentissant le développement de la tumeur ou des métastases
  • Traiter les symptômes engendrés par la maladie

LE TRAITEMENT QUE L’ON VA VOUS PROPOSER… 

La réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) 

Si votre médecin traitant ou votre gynécologue a diagnostiqué un cancer, vous serez alors orienté vers un service d’oncologie.

Vous serez alors pris en charge par une équipe de spécialistes pour déterminer précisément le stade d’évolution de votre maladie et pour vous proposer les options de traitement les plus adéquates. L’équipe comprend, le plus souvent, un radiothérapeute, un oncologue et un chirurgien et parfois un gériatre.

Votre cas sera discuté lors d’une réunion regroupant les différents spécialistes. Au terme de cette discussion, une proposition de traitement sera formulée.

La proposition de traitement 

Elle vous sera expliquée en détail par le médecin qui vous prendra en charge lors d’une consultation longue spécifique, appelée, consultation d’annonce.

Vous pourrez, au terme de cette consultation, rencontrer d’autre membres de l’équipe soignante qui pourront vous expliquer certains points et vous orienter pour régler certains problèmes administratifs.

UN CANCER DE BON PRONOSTIC… 

Les modalités de traitement sont variables    en fonction du   stade d’évolution et des facteurs de pronostic. Les modalités de traitement les plus utilisées sont :

  • La chirurgie, traditionnelle ou cœlioscopique,
  • La radiothérapie,
  • La chimiothérapie,
  • L’hormonothérapie

 

 

LES TYPES DE TRAITEMENTS

………………………………………………………………………………………………………………….

LES TRAITEMENTS LOCORÉGIONAUX 

Leur but est de traiter la tumeur où elle est située et, souvent, aussi, les ganglions lymphatiques de drainage de la tumeur. La chirurgie et la radiothérapie sont des exemples de traitements locaux et locorégionaux

LES TRAITEMENTS SYSTÉMIQUES 

Ils sont administrés par voie orale ou directement dans le sang par voie intraveineuse afin d’atteindre les cellules cancéreuses qui pourraient s’être répandues au-delà de l’utérus et des ganglions.

La chimiothérapie, conventionnelle ou ciblée, l’hormonothérapie et l’immunothérapie sont des traitements systémiques.

LE TRAITEMENT ADJUVANT OU DE PRÉVENTION 

Quand un traitement systémique est administré aux patientes qui n’ont plus de cancer détectable après la chirurgie, il est appelé « traitement adjuvant ». En effet, des cellules cancéreuses peuvent partir hors de la tumeur primaire et commencer à essaimer, même au cours des stades précoces de la maladie. Ces cellules malignes qui ont essaimé dans l’organisme ne donnent pas de symptômes, mais peuvent donner ultérieurement naissance à des tumeurs situées dans d’autres organes. Ces cellules cancéreuses peuvent ne pas être détectées au cours de l’examen clinique ni être vues à la radiographie ni par un autre procédé d’imagerie médicale.

Le but du traitement adjuvant est de détruire ces cellules tumorales cachées. Cependant, toutes les patientes n’ont pas besoin de recevoir un traitement adjuvant.

 

PRESERVATION DE LA FERTILITE

………………………………………………………………………………………………………………….

Le centre PREFERE, un espoir pour les jeunes patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre, souhaitant devenir mère.

Avec 7275 nouveaux cas en France en 2012 et 2025 décès, le cancer de l’endomètre est le plus fréquent des cancers gynécologiques, environ 5% à 10% concernent des femmes de moins de 45 ans. La rareté de ces diagnostics chez la jeune femme est à l’origine de prises en charge parfois inadéquates.

Pour en savoir +    http://hupnvs.aphp.fr/centre-prefere/